Recension par Philippe Conte. Décembre 2015.

Le gros ouvrage de Naomi Klein, publiciste canadienne bien connue, représente un gros travail journalistique sur la question du changement climatique : 623 pages riches en informations assorties de notes, de citations, d’index. De ce point de vue l’ouvrage ne déçoit pas : il regorge d’informations.

Il a également le mérite d’insister sur l’énorme travail de lobbyisme réalisé par les grands groupes trans-nationaux pour faire aboutir leurs projets ou pour maintenir en exploitation des sites ou des filières d’extraction. Elle montre comment ce travail a été particulièrement efficace en Amérique du nord où les grands groupes pétroliers et charbonniers ont réussi à renverser la tendance dans l’opinion publique sur la question de l’origine humaine du changement climatique ! Ainsi en 2007 (sondage Louis Harris) 71 % des États-uniens reconnaissaient le rôle de l’homme dans le réchauffement ; pourcentage passé à 44% en 2011 !

Par contre, du point de vue de l’analyse des enjeux sociaux et politiques, Naomi Klein reste entièrement prisonnière de sa propre idéologie progressiste. En rattachant la lutte environnementale à la longue suite des « luttes d’émancipation » (discrimination positive, féminisme, contraception,…) elle ne voit pas que ces sois-disant progrès étaient non seulement compatibles avec le système de production et de consommation libéral, mais qu’ils portaient pierre à l’accroissement des profits ! C’est le paradigme, aujourd’hui bien documenté, « libéral – libertaire » qui a produit tous les progrès sociétaux qui nous accablent aujourd’hui !

Il s’ensuit donc que la lecture de l’ouvrage peut être fort instructive en gardant toutefois toujours allumé une petite veilleuse pour éviter de prendre pour argent comptant les « solutions » envisagées par l’auteur qui sont entièrement formatées par l’opposition, aujourd’hui largement dépassée, conservateurs – progressistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici