Le sentiment religieux, matérialisé en honorant les morts, serait constitutif de l’humanité. En 1952, l’excellent roman de Vercors Les Animaux dénaturés concluait ainsi sa réflexion sur l’homme. Le respect dû aux corps des défunts devrait dès lors être un dénominateur commun de toute notre humanité. Presque 70 ans après, où en sommes-nous ?

L’affaire Paris-Descartes avait ému le Landernau médico-universitaire : les conditions indignes d’emploi et de conservation des corps légués à la médecine faisaient scandale. Manque de moyens ? Absence de volonté ? Le soufflé de ce scandale est retombé. Elle rebondit aujourd’hui comme le rapporte Ouest-France1 : des corps auraient été vendus à des industriels, par exemple à des constructeurs automobiles pour des essais de collision, ou à l’armée pour observer les dégâts d’explosions de mines artisanales. Un tiers des corps auraient été revendus, au mépris de l’intention des donneurs : que leur dépouille serve la science ou la médecine. Ne vous leurrez pas : l’indignation retombera vite.

Si cette digue du respect de la dépouille de notre frère en humanité décédé s’effondre, conservons-nous notre humanité ? Donner ses organes, léguer son corps, c’est généreux. Cela devrait obliger ceux qui le reçoivent. La monétisation du corps fait régresser notre civilisation aux temps où l’esclavage était la norme. Mais ceux qui organisent ce répugnant trafic sont les chantres du progrès, des docteurs aux blouses blanches immaculées qui cachent mal leur esprit de lucre et le mépris de l’autre, fût-il mort.

Ce sont les mêmes qui aux Etats-Unis d’Amérique vendent des organes de fœtus avortés « pour se payer une Lamborghini ». Ils n’hésiteront pas à vendre le sperme qui fera défaut aux CECOS dès que la PMA sans Père sera votée, si elle l’est, ce qui est probable. Ils vendront des ovocytes pour des Gestations pour Autrui à réaliser dans des pays où c’est permis pour l’instant, et en France dès que l’engrenage PMA aura fait tourner celui de la GPA.

Vous pouvez voir dans cet article la sensibilité exacerbée d’un catholique (ou qui tente de l’être) pour qui le fils de Dieu, sa Parole, n’a pas craint de prendre notre vie, notre corps d’homme, et a souffert dans ce corps un des pires supplices de son époque. Les accommodements de nos lâchetés collectives avec le principe d’indisponibilité du corps humain pavent la route du transhumanisme, ce complot contre l’incarnation. Business as usual diront les banquiers, les Big Pharma et les profiteurs de cette réification de l’homme. Je hais mon époque de toutes mes forces, écrivait Antoine de Saint-Exupéry. Saint Augustin lui répond Tels nous sommes, tels sont les temps. Mais si Dieu peut nous faire parvenir un gros stock d’ail, des miroirs, des pieux et un soleil éclatant pour lutter contre ces vampires …

Rémy Mahoudeaux

(Initialement paru chez Boulevard Voltaire)

1https://www.ouest-france.fr/sante/affaires/scandales-des-dons-de-corps-l-universite-paris-descartes-en-revendait-aux-entreprises-privees-7283415

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici