Par Philippe Conte. Mars 2016.

Les faits étant têtus, l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA) a conclu après analyse des données que la température moyenne pour l’ensemble du globe au cours du mois de février 2016 était de 1,13 °C au-dessus de la moyenne pour le 20e siècle .

Ce ne fut pas seulement le plus chaud pour un mois de Février dans les annales de 1880 à 2016 (dépassant le précédent record établi en 2015 de 0,33 °C), mais il s’agit également du record mensuel de tous les temps établi il y a seulement deux mois en Décembre 2015 (+0,09°C). Février 2016 marque également le 10e mois consécutif pour lequel le record mensuel de la température globale a été dépassé !

D’après certains, pourtant, le réchauffement se serait arrêté ! Les climato-sceptiques pourront toujours invoquer des températures anormalement basses en Thaïlande ou en Mongolie (voir carte ci-dessous) cela ne remettra pas en cause la situation globale : alarmante !

carte

Au même moment une équipe du CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) après une longue enquête de terrain à Madagascar anticipe un basculement grave dans le rôle des forêts tropicales. Elles sont globalement aujourd’hui des « puits à carbone » c’est à dire qu’elles stockent une partie du carbone émis par l’activité humaine. Les changements climatiques déjà en cours amèneraient ces forêts à devenir globalement émettrices ! Cela créerait ainsi une boucle de rétroaction positive qui avec le dégel en cours du pergélisol (revoir encore sur la carte la situation en Sibérie occidentale) pourrait conduire à un emballement de la machine climatique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici